AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Alpha F. Hurricane ~ Humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alpha F. Hurricane Féminin Messages : 209
Date de naissance : 15/09/1994
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 23

Refugee Card
Nom: Alpha Fhury Hurricane
Race: Humaine
Pouvoir: Son humanité
avatar
Alpha
MessageSujet: Alpha F. Hurricane ~ Humaine Dim 29 Sep - 21:30



Je suis un Humain.





Kasuga de Sengoku Basara

Fiche d'identité


Nom : Hurricane / Nom d’emprunt : Fhury
Prénom : Alpha
Surnom : Bonne chance à ceux qui oseront lui en donner ~
Age : 20 ans
Sexe : Féminin
Date de naissance : 22 Décembre
Orientation sexuelle : Bisexuelle, mais préfère les hommes
Arme : Deux dagues et deux armes à feu
Camp : Armée, bien évidemment ~

Physique


Alpha a beau être une humaine, elle n’en demeure pas moins une jolie jeune femme de vingt ans sachant parfaitement s’entretenir et jouer de ses atouts. Mais laissez-moi vous décrire en détails la demoiselle.

Deux choses frappent l’esprit lorsqu’Alpha est face à vous, tout d’abord sa chevelure dont la coupe est ô combien singulière et ne se voit pas à chaque coin de rue, leur couleur la rendant d’autant plus originale. En effet, elle possède des cheveux coupés courts, une frange venant battre sur son front et frôler ses longs cils foncés, cependant deux mèches sont bien plus longues que les autres, de chaque côté de son visage, et dépassent largement ses hanches. Certes ce n’est pas des plus pratiques mais Alpha a réussi à s’y faire et désormais adore cette coupe. Avant d’arriver à Ethernity, l’ensemble de sa chevelure venait battre sur ses reins, voire au-delà, et faisait sa fierté mais compte tenu de son entrée incognito dans l’église, il était nécessaire qu’elle change au moins une chose de son apparence. Ajoutée à cela, leur couleur n’est pas de celles attribuées à tout le monde, la demoiselle possède une pigmentation particulière au niveau de sa chevelure : elle est d’un blanc neigeux inaltéré, prenant des reflets d’or en fonction de la lumière et les faisant sembler striés de filaments dorés. En somme, la coupe courte n’a fait qu’additionner une touche de sauvagerie, rendant cette crinière encore plus indomptable qu’elle ne l’était avant. La princesse y passe souvent une main pour tenter de rabattre une mèche rebelle ou de repousser celles glissant parfois devant ses prunelles, cependant cela n’a pas grand effet, juste celui d’attirer le regard alors que ce geste si innocent à la base prend des airs d’invitation cachée – et cela Alpha en est tout à fait consciente.

Pour ce qui est de la deuxième chose marquant les mémoires à sa vue, il s’agit de son regard. Deux turquoises pures, un bleu singulier alliant des nuances de verts pour donner une teinte claire et intense. Alpha use à tout va de la singularité de ses prunelles, sachant parfaitement y insuffler certaines émotions ou au contraire les faire paraître quasiment mortes, sans qu’une once de sentiment ne puisse y transparaître. Evidemment, leur beauté extrême n’est réellement atteinte que lorsque la demoiselle daigne sourire ou rire, faisant naître des pétillements et des éclats cristallins dans son regard, le rendant magnétique à souhait pour quiconque s’y plonge.

Une fois ces deux éléments de son anatomie passés, on s’arrête longuement sur les traits du visage de la jeune femme, ciselés et subtilement dessinés, ils harmonisent chaque parcelle de peau, dévoilant une mâchoire délicate, un nez fin et droit, des lèvres douces et pulpeuses réservant des baisers ô combien agréables, le tout sur un teint clair sans trop d’imperfections qu’Alpha entretient comme toute humaine se doit de le faire. Il en va de même pour son corps, grâce à ses multiples années d’entrainement, la princesse possède des muscles fins et déliés ainsi qu’une silhouette de celles que beaucoup rêverait de posséder : de longues jambes fines, des cuisses et des fesses galbées, un ventre ferme où se dessinent quelques abdominaux, des hanches dans des proportions acceptables, de même pour sa poitrine, le tout sur un mètre soixante-douze de hauteur.
Une unique chose dénote sur le tableau, les trois griffures présentes dans son dos, allant du haut de ses fesses jusqu’au bas de sa poitrine en passant sur son flanc droit, démontrant sans mal qu’elle a dû se trouver un peu trop près d’un loup – ou d’un métamorphe – pour qu’il puisse la marquer aussi durablement par de longues cicatrices dont la plus importante est celle du milieu.

Côté vestimentaire, Alpha revêt souvent – voire tout le temps – des pantalons, des jeans ou des shorts, très rarement des jupes et encore moins de robes. Même en tant que princesse elle a toujours eu horreur de ce genre d’accoutrements, trop encombrant à son goût et pas le moins du monde pratique pour se défendre. Elle agrémente ça avec des pulls près du corps, des débardeurs ou quelques chemises. Il n’est pas rare de la voir se balader en talons, Alpha apprécie être plus grande que son mètre soixante-douze, même si elle n’a pas tellement à se plaindre de sa taille. Lors de ses entrainements auprès de l’Armée, la jeune femme préférait troquer ses habits de tous les jours contre des brassières spéciales dévoilant entièrement son ventre, un pantalon très près du corps semblable à une seconde peau couvrant ses jambes, rendant le tout esthétiquement parlant affriolant pour tous ceux qui s’exerçaient à ses côtés. Elle a embarqué cette tenue au cas où elle puisse s’améliorer et pratiquer quelques exercices au sein d’Ethernity.    

Caractère


Alpha est un personnage bien singulier, détenant une personnalité propre. Beaucoup dirait que son caractère a été calqué sur celui de son père, mais ceux-là se tromperaient. Certes la princesse a été élevée comme l’entendait Eliott Hurricane et elle l’a utilisé comme un exemple à suivre, cependant son histoire à été différentes et les épreuves qu’elle a pu traverser l’ont faite aborder une autre voie. Oh, il est évidemment certain qu’elle gardera toujours quelques traits hérités de son géniteur, mais elle a compris qu’elle ne serait jamais plus qu’une humaine.

Complexée – Cruelle – Sans cœur ? Depuis toujours, on lui a sans cesse répété qu’être humaine revenait à être faible. Son père a tenté de lui faire comprendre qu’une faiblesse pouvait se transformer en force, cependant Alpha sait pertinemment que si l’on nait humain, on le restera tout au long de sa vie. En d’autres termes, elle ne supporte pas l’idée d’être privée de don et de paraître ainsi complètement démunie face aux autres races. Pourquoi devrait-elle être mortelle et sans défense alors que d’autres peuvent se targuer de vivre éternellement sans être inquiétés comme les sont les Hommes ? Ainsi, pour pallier à cet inconvénient, la demoiselle a dû se révéler cruelle à bien des égards, se comportant comme son père le lui avait toujours dicté. Beaucoup sont même allés jusqu’à souffler qu’elle était sans cœur, mais à bien y réfléchir, ce n’est qu’une façade de sa part. Alpha est loin d’être dénuée de sentiment et de ne rien ressentir, bien au contraire. Après tout, elle est humaine.

Manipulatrice – Séductrice ? Cependant, ça ne l’empêche pas d’être une fine manipulatrice, tant par les mots que par la séduction en elle-même. En effet, Alpha sait jouer de son physique pour arriver à ses fins et n’hésitera pas si elle sait pouvoir obtenir quelque chose. De plus, il n’est pas nécessaire de récolter quelque chose à la clef, si l’individu lui plait – tant mentalement que physiquement j’entends, n’allez pas croire à une fille facile ! –, elle n’hésitera pas à mener un petit plan pour le séduire et le ramener dans ses filets.

Joueuse ? Ce petit brin de séduction qui la caractérise est allié à un autre point de son caractère : son côté joueur. Elle s’amuse d’un rien, tant que l’objet de son attention ne l’ennuie pas, elle pourra s’en contenter jusqu’à ce que l’étincelle et la lueur d’intérêt qu’elle avait à son attention s’évapore. Ce n’est pas méchant, loin de là, juste un moyen de passer le temps lorsqu’elle tourne en rond et n’a rien d’autre à faire. Cependant, quand l'étincelle ne s'éteint pas et ne fait que briller de plus en plus, Alpha peut devenir possessive et avoir un brin de jalousie. Ce qui est à elle reste à elle.

Perspicace – Curieuse – Persévérante ? Depuis toute petite, son père l’a entrainée à reconnaître les différentes races pour ne pas être surprise par qui pourrait l’aborder – ou lui vouloir du mal. Ainsi, d’un coup d’œil, en analysant l’individu qui l’intéresse, Alpha arrive à deviner aisément à quel groupe de créatures il appartient et si oui, ou non, elle doit s’en méfier comme de la peste. En somme, elle a acquis une perspicacité certaine. Cependant, il est des personnes qui arrivent à garder entier le secret sur leur véritable nature, dans ce cas là, la demoiselle est incroyablement frustrée et n’en devient que plus curieuse, voulant à tout prix savoir –  même si poser des questions peut souvent entraîner quelques problèmes. Curiosité et persévérance vont de paire et la princesse n’est dénuée d’aucun des deux. Elle ne lâchera pas le morceau avant d’avoir eu le fin mot de l’histoire. Evidemment il est fort probable de tomber sur des personnes qui ne veulent pas que l’on découvre à quelle race elles appartiennent ou leurs petits secrets personnels – un peu comme elle en fait – mais elle ne se prive pas d’interroger et de farfouiller, même si cela lui apporte des soucis ô combien dangereux. Alpha est bien trop tenace pour ça – voire même incroyablement têtue. Mais à jouer avec le feu, on finit par se brûler…

Indomptable ? Mieux vaut éviter de vouloir mettre en cage la demoiselle, une fois lui a suffit, et depuis elle préfère se tenir loin de ce genre d’endroits, la liberté lui paraissant un doux paradis après ce qui lui est arrivé. En somme, Alpha ne se laissera jamais faire, si quelqu’un ose lui donner des ordres – autre que son père – elle se débrouillera pour lui mener la vie dure et lui faire comprendre que ce n’est pas de cette façon que les choses se passent avec elle. Elle semble intouchable, de celles qu’on ne peut que regarder et jamais approcher : tentez de la dompter ou de la soumettre et vous serez certain qu’elle sortira les griffes, elle tient beaucoup trop à rester libre et à conserver ce qui lui a été retiré de force deux ans plus tôt.

Fragile ? Cauchemars, panique, terreurs nocturnes, des choses qui poursuivent Alpha depuis près de deux ans et qui ont dévoilé une fragilité certaine chez elle. Devant tous, elle parait forte, un roc inébranlable et puissant, une humaine qui a fait de cette faiblesse une qualité. Cependant, dans les ténèbres de sa chambre, lorsqu’elle se retrouve seule et en proie aux souvenirs, la demoiselle redevient subitement une simple humaine de vingt ans, ayant des peurs comme toutes les femmes de son âge, connaissant la solitude et le chagrin, et sachant pertinemment que ce genre de faiblesses, cette véritable faiblesse, si elle était découverte, la ferait glisser en enfer – mis à part son protecteur, bien évidemment (Cf histoire). Elle préfère ne pas imaginer la façon dont pourrait s’en servir l’individu qui le découvrirait…

Histoire


I/ Naître humaine : une tâche difficile

Alpha est née durant une nuit d’hiver, plus précisément un vingt-deux Décembre. Son père n’était autre qu’Eliott Hurricane, souverain d’un grand royaume en constante expansion face à son besoin de pouvoir. Sa femme, enceinte pour la première fois, mourut en couche en donnant naissance à l’enfant, c’est son géniteur qui décida de lui attribuer un prénom peu commun et emprunt d’une certaine signification : l’Alpha étant le loup dominant au sein d’une meute.
Le roi ne s’émut pas plus que cela de la mort de la femme qui avait porté sa descendance, il savait qu’il pourrait avoir bien d’autres épouses. Son seul regret était d’avoir une fille en guise de successeur et non un garçon, c’est pour cette raison qu’Alpha fut éduquée non pas comme une jolie et gentille princesse seulement bonne à être mariée et à enfanter, mais comme un prince, un véritable futur chef de guerre : armes, combat, guerre, politique et pouvoir allait être les maîtres mots de l’existence de l’enfant.

Durant les douze premières années de sa vie, la jeune fille fut éduquée à la fois par une nourrice qui lui enseignait l’art des mots et celui de l’institution (langues, algèbres, sciences…) mais également par les principaux lieutenants d’Eliott (le combat surtout dès son plus jeune âge). Cependant, jamais un signe de son père, jamais une attention de sa part ne lui fut accordée. Il n’était qu’un visage aperçu au détour d’un couloir, une ombre parmi tous les gens qui entouraient Alpha pour la préparer à son futur. Ressentait-elle l’absence d’une mère ? Sa nourrice était un substitut, mais elle était dans l’obligation de rester la plus distante possible avec l’enfant.
Personne n’était sans savoir qui était Eliott Hurricane, un puissant roi aussi cruel que peut l’être un Homme et dénué de don comme le sont tous les mortels de sa race. Cependant il n’acceptait pas cette distinction, il ne supportait pas l’idée que les humains soient faibles et doivent laisser les autres leur marcher dessus, les considérer comme des créatures inférieures, non surtout pas. Dès lors, il voulait que sa fille comprenne ce qu’était être un humain, elle devait puiser la force dans ce statut pour pouvoir l’utiliser et devenir plus puissante. C’est pourquoi pendant douze ans, il ne fut pas à ses côtés, il voulait qu’elle s’endurcisse, il ne voulait pas la voir choyée par une tierce personne, elle devait être à même de se débrouiller seule et de retirer ce qu’il fallait des enseignements divers qui lui étaient conférés.
Alors Alpha suivait ce qu’on lui disait, obéissait à ceux qui avaient été désignés par son père pour l’éduquer durant les premières années de sa vie. Elle était ainsi façonnée à l’image de son géniteur, constamment. Et cela ne lui déplaisait pas. Etre plongée dans un monde plein d’intrigues, dans les méandres du pouvoir, lui ouvrait des perspectives foisonnantes dans lesquelles elle voulaient évoluer à en perdre haleine. Un tel univers la fascinait complètement, elle pourrait avoir tout ce dont elle rêvait grâce au pouvoir ; montrer à tous qu’une simple humaine pouvait se révéler incroyablement puissante. Ces pensées ne la quittaient jamais alors qu’elle parcourrait avidement les couloirs du palais pour rejoindre tel ou tel précepteur dans le cadre d’un enseignement particulier. Elle avait beau être une enfant, son esprit s’aiguisait en permanence et lui faisait appréhender le monde d’une manière bien différente de celle de n’importe quel gamin de son âge.

L’année de ses douze ans, son père en personne l’attendait dans l’une des salles d’enseignement, il lui confia qu’à partir de ce moment, il s’occuperait d’elle et continuerait à lui enseigner ce qu’elle devait savoir. La gamine qu’était Alpha ne savait pas si elle devait s’en réjouir – après tout elle allait être avec son père ! – ou plutôt en être attristée – tous ceux qu’elle avait connus allaient lui être ravis, surtout sa nourrice qu’elle voyait comme un membre de sa famille. Eliott quant à lui restait sceptique face à sa fille, il n’avait que de bons retours de la part de ses subalternes concernant l’apprentissage et la volonté certaine d’Alpha, mais elle pourrait rapidement se laisser submerger dans un monde d’adultes où les complots et les intrigues faisaient rage et où la cruauté était nécessaire pour parvenir à ses fins.
Quoi qu’il en soit, le roi la garda à ses côtés et l’entraina à sa suite à travers les conseils de guerre, les avis de ses lieutenants, et même les royaumes attenants au leur pour étendre l’Empire que son père avait façonné. Un Empire qui ne faisait que s’accroître. Loin d’être blasée ou ennuyée par toutes ces choses, Alpha buvait les paroles des hommes qui l’entouraient, écoutait attentivement, apprenait à leurs côtés et surtout auprès de son géniteur. Ce dernier lui parlait sans cesse d’Ethernity, imprimant des idées de puissance dans la psyché de l’enfant en lui certifiant qu’ils deviendraient invincibles, ensemble, dès lors qu’Eliott serait en possession de la source de pouvoir cachée dans les corridors de l’église. En contrepartie, les prunelles d’Alpha brillaient de convoitise face aux paroles merveilleuses de son père qu’elle avait appris à chérir dès l’instant où elle s’était retrouvée avec lui, se rattachant à cette nouvelle personne et tentant d’oublier celle qui l’avait élevée jusque là.

-  Ta plus grande faiblesse est d’être humaine, lui a-t-il soufflé tandis qu’ils étaient tous deux sur l’un des balcons du palais, observant la ville en contrebas. Mais ta force réside dans ce que tu es.  


II/ Une faiblesse peut devenir une force…

Alpha poursuivit donc son apprentissage, certains de ses précepteurs restant à ses côtés pour qu’elle puisse en apprendre toujours plus. Elle était devenue d’une agilité incroyable, sachant parfaitement se défendre, tant à main nue qu’avec des armes blanches ou à feu. En plus de cela, elle suivait les pas de son père qui ne lui interdisait jamais de se présenter à un conseil de guerre et d’écouter chaque individu présent. Il lui fallait apprendre à se débrouiller et à jauger les personnes qui l’entouraient. Ainsi, son père l’emmenait parfois en ville, l’habillant comme une simple habitante, attifée de vêtements communs, pour qu’elle puisse se familiariser avec le peuple. Lors de ces longues promenades auprès de son géniteur – tout aussi déguisé qu’elle pour passer inaperçus – la jeune fille apprenait à reconnaître les différentes races qui s’entrechoquaient dans ces ruelles. Bien sûr, elle était touchée par la misère de ces pauvres gens, cependant elle ne se laissait pas aller à ces considérations – son père lui en aurait tenu durement rigueur – et se concentrait pour dégoter là un démon, ici un incube, là-bas un Elu, ainsi de suite, sous le regard approbateur d’Eliott qui prenait peu à peu conscience de l’intelligence et de la justesse de sa fille. Dès lors, il savait qu’elle serait exactement comme il le voulait.

Durant ses temps libres, Alpha se débrouillait pour s’échapper et rejoindre la ville, elle était âgée de treize ans et avait – dès ses premières sorties en cachette quelques années plus tôt – fait la connaissance d’autres enfants de son âge. Bien évidemment, aucun ne savait qui elle était réellement, et grand bien lui fasse car à jouer avec des métamorphes et d’autres créatures bien moins humaines, il aurait été plus que dangereux qu’ils apprennent la vérité. Eliott Hurricane n’était pas un souverain adoré par ses sujets, il était respecté grâce à la crainte qu’il inspirait. Cependant, malgré son statut de simple humaine, Alpha dirigeait son petit monde d’un poing de fer, déjà son caractère affirmé et explosif ne laissait pas de marge à ceux qui la considérait comme une amie. Elle leur répétait sans arrêt qu’elle avait beau être privée de don ou de pouvoir, elle n’en était pas moins la plus débrouillarde et la plus forte. Bien sûr, ce genre de phrases entrainaient des petites bagarres entre elle et ses compagnons, bagarres qu’elle finissait toujours par gagner, mais était-ce surtout en utilisant ce qu’elle avait apprit auprès de ses maîtres d’armes ou en lançant des sourires à tout va et en déconcentrant ses pseudo-adversaires – garçons comme filles ? Là était la question.

Les années s’écoulaient tranquillement, elle continuait ses petites escapades qui passaient toujours inaperçues aux yeux de son père et poursuivait assidument les enseignements qui lui étaient consacrés. Ses amis avaient compris qu’en lui posant des questions sur sa vie, ils n’arriveraient qu’à la faire fuir ; ils restaient donc muets et profitaient du fait que leur petite « étincelle », comme ils aimaient à l’appeler, vienne les rejoindre. Dès ses quinze ans, son caractère évolua, prenant une tournure assez singulière, même son père le remarqua, ce qui fit germer une idée dans son esprit. Sa fille était encline à prendre le pouvoir et à faire sien ce que bon lui semblait, pas en le demandant mais en se débrouillant comme elle l’avait toujours fait, en utilisant ses propres moyens – tant par la séduction que par la force. Et de jour en jour, sa personnalité se calquait sur celle de son géniteur. Le plan prit de l’ampleur et le souverain le fit fructifier patiemment, regardant grandir sa tendre fille qui bientôt deviendrait une femme. Une femme qui, à n’en pas douter, aurait une beauté indéniable et pourrait s’en servir à sa guise comme elle commençait déjà à le faire.

Cependant, il voulait être certain que le moment venu, Alpha serait apte à réaliser ce qu’il voulait et à lui obéir, aveuglément. Pour se faire, il la fit participer plus d’une fois à des décisions importantes pour faire flancher un empereur, pour gagner davantage de territoire en créant des alliances ou en envoyant des forces armées sur place pour tout ravager. Eliott lui parlait constamment d’Ethernity, c’était un sujet intarissable, tout comme celui de l’Armée. L’Armée qui s’agrandissait, l’Armée qui devenait plus puissante à chaque seconde, l’Armée qui envoyait des espions au cœur de l’église pour récolter des informations. Tout cela mêlé à des idées de grandeur dans lesquelles Alpha était le principal élément, la personne qui hériterait de tout, un jour ou l’autre : argent, puissance et pouvoir. Rien ne lui serait impossible.
Mais une unique chose l’en empêchait et l’empêcherait toujours d’atteindre cet objectif selon son père :

- Et de quoi s’agit-il, père ?, avait-elle demandé un beau jour tandis qu’il lui rabâchait pour la centième fois les mêmes paroles. Etre humaine, n’est-ce pas ?

Elle venait tout juste de rentrer de l’une de ses petites sorties interdites et s’était tout de suite dirigée vers le bureau de son père qui l’avait faite mander quelques minutes plus tard. Alpha pensait avoir trouvé la réponse, Eliott lui avait répété tellement de fois que l’humanité était une faiblesse…

- Non, tu sais comment changer cette misérable faiblesse en force, je te fais confiance pour cela, ma fille. Je pensais à quelque chose de plus... personnel.
- Personnel ?

Un simple geste de sa part et la porte s’était ouverte sur une personne que la jeune fille connaissait bien, il était empoigné par deux soldats, deux autres braquant des armes sur lui en cas de mouvement suspect. Il s’agissait de l’un des garçons métamorphes qu’elle avait pour habitude de rejoindre et avec qui elle passait plusieurs heures à discuter et s’amuser. Ce jour-là personne ne l’avait vu et tout le monde avait mis cette absence sur le compte d’une maladie ou d’un empêchement quelconque.

- Morgan…

Elle avait soufflé son prénom dans un murmure, le principal concerné était plutôt mal en point, son visage avenant était tuméfié, ses cheveux blonds dont une unique mèche prenait la teinte de la neige étaient collés par le sang qui avait séché et il semblait à bout de force. Il avait dû utiliser sa transformation pour résister à ses agresseurs, mais cela n’avait pas suffit. A croire que même un lion était impuissant face à Eliott Hurricane, même si ledit lion n’avait que dix-sept ans. Morgan plongea son regard chocolat pailleté d’or dans celui turquoise d’Alpha qui ne put que détourner le regard.

- Oui, et cette chose sont les sentiments, lâcha son père en se levant, au préalable assis derrière son bureau, avant de venir se poster aux côté de sa fille. Tu es parfaite Alpha, mais tes petites escapades sont intolérables. Tu es promise à un avenir incroyable, le laisseras-tu être gâché par… ça ?

Un coup de poing avait fait taire le grondement qui s’était échappé du torse du métamorphe. Le soldat qui en était responsable était un démon, de même pour les trois autres à vrai dire. En somme, le jeune homme n’avait aucune chance de s’échapper s’il tentait quoique ce soit. Un claquement de doigt fit sursauter Alpha, elle porta son regard sur l’un des soldats qui empoigna une longue dague acérée au signal, avant de mettre à genoux Morgan. Ce dernier vit sa tête tirée en arrière et la lame glissée sur sa gorge.
La jeune fille serra les dents avant de porter ses prunelles vers son paternel qui l’observait attentivement. Si elle était émue par ce spectacle, elle pouvait être certaine que Morgan serait tué sous ses yeux, au contraire si elle faisait comme si tout cela ne la touchait pas, comme si le sort du métamorphe ne lui importait pas, il était possible que son père le relâche. Il le ferait rien que pour le plaisir de le laisser vivre en ayant à jamais à l’esprit qu’Alpha, celle qu’ils appelaient l’« étincelle », était comme son père : cruelle, menteuse et manipulatrice, et donc humaine.
Mais à choisir entre la mort de Morgan et l’idée – pas si fausse que ça – qu’il pourrait se faire d’elle une fois dehors, sa décision était limpide. Un sourire suffisant vint naître sur les lèvres de la princesse tandis qu’elle penchait légèrement la tête, entrainant sa longue chevelure blanchâtre et dorée dans le mouvement. Alpha haussa les épaules avant de se tourner vers le métamorphe, vrillant son regard au sien.

- Oh… C’était amusant quand je savais que vous n’étiez pas au courant, mais maintenant… ça ne l’est plus du tout. Alors, non. Je ne laisserai jamais ce genre de chose m’empêcher d’atteindre le but que je me suis fixé.

En voyant le visage de Morgan, elle avait comprit avoir perdu sa confiance et être devenue une ennemie. Pour ce qui était de son père, la fierté respirait par tous ses pores alors qu’il ordonnait à ses hommes de relâcher le métamorphe, lui laissant une dernière phrase qui le suivrait surement durant sa vie entière.

- Et souviens-toi à tout jamais de ma chère et tendre fille Alpha, petit lionceau, car jamais tu ne connaîtras de trahison plus délectable.

Eliott Hurricane avait la certitude que sa fille ferait ce pour quoi il la destinait.
Cet épisode apprit une chose à Alpha, une chose qu’elle se répète sans cesse depuis : elle ne devait pas laisser les sentiments brouiller ses décisions, et surtout ne pas devenir une nouvelle faiblesse. Etre humaine lui apportait déjà bien assez de fil à retordre. Qu’elle le veuille ou non, cela lui avait également montré qu’en tant que gamine de quinze ans, elle n’avait aucun moyen de défense contre son père et lui devait tout ce qu’elle avait apprit. En d’autres termes, elle était rongée par le sentiment d’être faible, de n’avoir aucun don lui permettant de se targuer d’être élue ou d’une autre race. Elle ne pouvait faire plier les autres qu’en leur montrant qu’ils ne pouvaient pas lui marcher dessus sans en retirer les conséquences… et ainsi passer pour cruelle et sans cœur, peut-être – c’était l’idée que se ferait d’elle Morgan et tous les autres à n’en pas douter, et comme elle le savait si bien, cette image d’elle n’était pas si différente de la réalité. Elle connaissait sa pire faiblesse : celle d’être humaine, il lui fallait supplanter cette tare par des moyens singuliers : ceux enseignés par son géniteur.


III/ … mais il est des lieux dans lesquels certaines forces sont inutiles

Trois ans s’étaient écoulés depuis qu’Alpha avait fait une croix sur ses sorties du palais sans autorisation et sur ceux qu’elle considérait comme de potentiels amis depuis plusieurs années. Son caractère s’était endurci depuis qu’elle avait vu avec quel mépris Morgan l’avait regardée la dernière fois qu’elle l’avait vu. Elle s’était faite à l’idée et avait renfermé au plus profond de son cœur tout ce qui pouvait le concerner lui et tous les autres. La jeune femme avait décidé de passer outre, d’être forte. Ainsi, elle était devenue comme son père le souhaitait et, à bien y réfléchir, elle aimait être telle qu’elle était – du moins était-ce ce qu’elle s’efforçait de croire.

Son père l’avait faite amener dans son bureau, quelques jours après son dix-huitième anniversaire, et lui avait exposé ses intentions : un royaume voisin faisait de la résistance à une alliance – ou plutôt soumission en faveur d’Eliott –, cependant la famille Hurricane ne pouvait pas se permettre une guerre car le pays en question possédait des richesses alimentaires qu’il ne fallait pas détruire. L’Empereur souhaitait donc envoyer sa fille sur place pour qu’elle règle pacifiquement les problèmes auprès du souverain et lui fournisse quelques garanties qui le feraient changer d’avis. Alpha accepta sans souci, ce n’était pas la première fois qu’elle partait seule sur les routes, cependant ce serait une nouveauté pour elle de régler des affaires d’Etat sans que son père soit derrière elle pour la chaperonner.

Elle partit dès le lendemain matin, emmenant avec elle quelques gardes – une trentaine – et ayant une confiance inébranlable en sa réussite, assurée de revenir avec le pacte d’alliance. Cependant, tout ne se déroula pas comme prévu… Aucune encombre ne troubla l’escorte jusqu’au pays voisin, le voyage lui-même ne mit pas longtemps grâce aux transports rapides de haute technologie développés par des groupes de chercheurs. Sur place dès la tombée de la nuit, Alpha ne tarda pas à être introduite auprès du souverain, un homme d’une trentaine d’année dont les yeux brillèrent à la vue de la demoiselle. Celle-ci ne se laissa pas impressionner le moins du monde et voulut commencer rapidement les discussions que le roi remit à plus tard en lui signifiant de se reposer avant de passer à table. La jeune femme accepta à contrecœur, se souvenant des paroles de son père qui lui avait soufflé de ne pas brusquer leur cher voisin. Le soir même, la princesse fut invitée à dîner en compagnie du suzerain dans la plus parfaite intimité, elle avait dormi une petite heure avant de se présenter et s’était apprêtée comme toutes femmes de son rang se devaient de le faire, la robe en moins y préférant un pantalon – elle n’était pas n’importe quelle princesse après tout.

- Princesse Alpha, vous êtes sublime !, avaient été les premiers mots du souverain en la voyant débarquer dans le bureau qu’il avait fait aménager pour un dîné.

Il lui présenta un siège et l’y installa lui-même, lui souriant à tout va comme pour dompter un félin sauvage qui lui aurait fait face. Dès l’instant où elle l’avait vu, la demoiselle avait su que le roi Maek Yzalia était un Elu. Restait à savoir quel genre de pouvoir le bon Dieu lui avait donné et s’il savait s’en servir. Son regard se porta sur les mets présents face à elle, une odeur alléchante s’en dégageait. Elle s’empara d’une coupe de vin et la porta à ses lèvres sous les yeux du souverain qui reprit la parole :

- Maintenant que vous êtes là, nous allons pouvoir entamer les discussions… Mais j’espère que vous n’êtes pas trop pressée non plus, pour que nous puissions apprendre à nous connaître au préalable, cela serait bien plus convenable, n’est ce pas ?
- Et que voulez-vous savoir, Majesté ? Je ne suis qu’une simple humaine, ma vie est loin d’être trépidante, répondit Alpha en reposant la coupe après y avoir puisé une gorgée de vin sucré.
- Ne soyez pas modeste, tout le monde sait que la famille Hurricane est loin d’être une famille humaine comme les autres, ma dame. Qu’est ce qui vous donne autant de pouvoir ?

Un fin sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme alors qu’elle piochait un morceau de friand dans son assiette. Elle porta son attention sur l’homme qui lui faisait face : bouc sombre, chevelure du même brun et port altier, toute son attitude criait qu’il était en position de force et cette idée déplaisait à Alpha.

- Avant que je ne réponde à vos questions, j’ai moi-même une demande à vous faire et qui me brûle les lèvres depuis que je vous ai rencontré, Majesté (un geste de la part de ce dernier l’enjoignit à poursuivre). Quel genre de don possédez-vous ? Et ne me faites pas de cachotteries, vous êtes un Elu, j’en ai la certitude.

Il parût surpris durant un court instant avant de se recomposer un visage indéchiffrable. Il n’existait qu’une poignée de personnes capables de savoir quelle race leur faisait face, en l’occurrence Alpha avait passé des heures et des heures à parfaire cette faculté. Evidemment, quelques individus arrivaient à passer entre les mailles du filet, cependant elle était assez forte à ce petit jeu. Ceux qui parvenaient à garder entier le mystère sur leur nature rendaient la demoiselle curieuse à souhait et frustrée au plus au point.

- Ah, démasqué, lâcha le roi en croisant les mains. Disons que vous ne tarderez pas à le savoir.

Un léger froncement de sourcils vint supplanter les jolis traits de la princesse. Elle réfléchit un instant, tentant de démêler les paroles de Maek avant de trouver la réponse. Ses prunelles glissèrent vers la coupe de vin, son cœur manquant un battement alors qu’elle prenait conscience de ce qui allait se passer.

- Du poison, lança-t-elle en fixant de nouveau son regard sur l’Elu.
- Oui, j’ai la capacité d’empoisonner ce que bon me semble en le touchant. En l’occurrence il s’agit de votre coupe, expliqua le souverain en se levant.

Un premier étourdissement empêcha Alpha d’en faire autant, elle se retint à la table sans perdre des yeux le fumier avec une couronne sur la tête et qui lui souriait de toutes ses dents. Elle savait qu’il ne la tuerait pas. Elle morte et Eliott Hurricane enverrait ses armées raser le royaume sans aucune pitié, en tant que monnaie d’échange et donc d’otage elle serait beaucoup plus utile. Maek se rapprocha d’elle et vint lui murmurer au plus près de son oreille :

- Désormais, Alpha, vous êtes à moi jusqu’à ce que votre cher père décide de s’agenouiller à mes pieds.

Alors qu’elle voulait lui répliquer quelque chose, son corps la trahit, lui rendant impossible tout mouvement et la paralysant. Ses paupières se faisaient de plus en plus lourdes et échouèrent à la tenir éveillée tandis qu’elle s’endormait sous l’effet du poison – un puissant sédatif à n’en pas douter. Plusieurs heures plus tard, la princesse se réveilla dans un cachot comme une vulgaire voleuse de poules avec pour lit de la paille fraîche et l’obscurité la plus totale en guise de compagne. Elle referma les yeux, sachant pertinemment qu’aller se cogner dans les murs de sa cellule ne servirait à rien d’autre qu’à la fatiguer. Son père avait déjà dû être mis au courant de son emprisonnement et de l’ultimatum de Maek, cependant Alpha avait la certitude que l’Empereur Hurricane ne bougerait pas le petit doigt pour venir la secourir. Il attendrait qu’elle se débrouille comme elle l’avait toujours fait et n’entamerait aucune action contre le souverain félon pour la libérer. Et cette certitude se transforma rapidement en réalité.  

Les vingt-cinq premiers jours de détention se passèrent assez bien, elle n’était pas traitée comme la dernière des trainées et arrivaient à manger à sa faim et à se débarbouiller comme il le fallait avec l’eau apportée par ses geôliers – un métamorphe et un démon avec qui elle avait réussi à discuter et à soutirer quelques privilèges dus à son rang. Cependant, tout se détériora très rapidement le jour où Maek vint lui rendre une petite visite. Il était excédé par l’attitude d’Eliott, complètement fou de voir tous ses messages revenir sans réponse et de n’observer aucun changement d’attitude chez son ennemi. Alors il avait pris la décision de s’occuper de sa jolie fille. Par « s’occuper » il avait dans l’idée de lui faire passer des interrogatoires pour découvrir on ne savait quels secrets issus de son esprit délirant – c’était plutôt l’excuse donnée pour torturer la demoiselle. C’est ainsi que la suite de son agréable séjour se poursuivit. A chaque fois qu’elle était extraite de sa cellule, c’était pour mieux y retourner : couverte de bleus et d’entailles qui finissaient toujours par cicatriser et ne lui laissaient aucune trace ni séquelle, il s’agissait d’un maître mot, la princesse devait rester intacte – et être nourrie convenablement. Un ange au service du roi passait dans la geôle pour la guérir grâce à son don de soin et laissait ainsi sa peau nue de toute trace de violence et de coup, il lui administrait ce qu’il fallait pour que l’esprit de la demoiselle ne parte pas en miettes mais comprit bien rapidement que jamais Alpha ne flancherait. Elle avait beau être une jeune humaine, elle était loin de ressembler aux pauvres erres qui courraient les rues des diverses cités de la Terre.

A voir les journées défiler sans savoir depuis combien de temps elle croupissant dans cette cellule, les séances de tortures s’enchainer – devait-elle se considérer chanceuse de ne pas avoir subit d’abus sexuels ? Peut-être le roi attendait-il sagement son tour ? –, la princesse savait qu’il lui fallait quitter cet endroit – et accessoirement se venger en tuant de ses propres mains le type responsable de son sort. Depuis toujours la jeune femme n’avait jamais été aussi faible, être traitée comme un pauvre petit animal soumis la révulsait et faisait naître une soif de sang qu’elle n’avait, jusque là, que peu connu. De plus, elle avait sentit quelque chose se briser en elle, lui certifiant que si une telle chose arrivait de nouveau, elle ne s’en remettrait pas, et lui soufflant par la même occasion que ce triste passage de sa vie serait une vive douleur dans ses souvenirs – si elle en sortait vivante – et… une nouvelle faiblesse que personne ne devrait jamais connaître.

Ce jour – ou nuit – là, Alpha demanda à être introduite auprès du roi Maek, elle avait une proposition à lui faire. Après moult regards à ses geôliers, l’un d’eux se décida à en avertir son souverain. Le lendemain soir, Alpha se retrouva dans l’une des pièces du palais, attifée d’une robe du même turquoise que ses yeux après avoir été lavée et récurée par trois servantes, ses longues mèches neigeuses aux reflets d’or lui arrivant à la taille démêlés avec beaucoup de coups de brosse et d’huile de coude.

- Ma belle Alpha… tu as maigri.

La principale concernée abandonna l’observation de l’extérieur – des barreaux en condamnant l’accès – et considéra attentivement l’entrée du roi, suivi par deux gardes qui se postèrent à la porte, gardant à l’œil leur suzerain au cas où l’idée vienne à la princesse de l’assassiner sauvagement en l’étranglant avec ses cheveux. Des humains, Maek la sous-estimait-elle ? Ca en avait tout l’air, mais cela arrangeait bien les affaires d’Alpha.

- Vos soins y sont pour quelque chose, lâcha-t-elle en faisant un léger sourire factice. Depuis combien de temps ?

La question la taraudait à chaque instant, elle avait l’impression de se la poser depuis la nuit des temps.

- Oh, j’imagine que cela doit te démanger de savoir le nombre de jours que ton père t’a laissée passer là-dedans... Plus de deux mois maintenant. Deux mois et huit jours.

Son visage resta impassible alors que sa psyché entamait une lente descente en enfer. Deux mois et huit jours et son père n’avait rien tenté. Rien du tout. Elle savait qu’il ne le ferait pas, mais la gamine qu’elle avait été avait continué à espérer secrètement qu’Eliott Hurricane arrive tel un ouragan pour venir la délivrer.

- Cependant, tu voulais me faire… une proposition si je ne m’abuse ? Quel genre ?

Le sourire glacial qu’elle lui réserva fit descendre un frisson le long de l’échine du souverain. Alpha se détourna et repartit dans sa contemplation du monde extérieur qu’elle rêvait de parcourir à nouveau. Retenez un tigre en cage et il finit par dévorer son geôlier.

- Je m’étais dit que si le temps écoulé dépassait trente nuits, je vous offrirais mon aide pour destituer Eliott Hurricane, Majesté.

Il ne la cru pas, bien évidemment, c’aurait été stupide de sa part et incroyablement naïf, pourtant la demoiselle n’avait pas dit son dernier mot. Maek lui lança un sourire sournois tout en faisant un pas en arrière, indiquant que les moqueries lui faisaient perdre son temps. Elle jeta un coup d’œil aux gardes avant de pousser un léger soupir, s’asseyant sur le  rebord de la fenêtre en faisant fi des convenances.

- Dois-je vous le prouver d’une quelconque manière, mon roi ?

Ce dernier s’arrêta net et laissa glisser son regard sur le corps de la jeune femme en fronçant les sourcils. La réaction escomptée par Alpha venait donc de survenir, un sourire espiègle fleurit sur ses lèvres alors qu’elle penchait légèrement la tête.

- Vous aviez dit à mon arrivée que je vous appartenais, il serait peut-être temps de prendre vôtre dû, n’est-ce pas ? Je vous demande simplement une faveur : celle de voir tomber mon soi-disant père de son piédestal et me garantir que je ne serai plus emprisonnée.

La princesse agrémenta sa réplique d’une main dans ses cheveux, son regard turquoise ne quittant pas celui du roi, tandis que l’autre venait s’abandonner sur l’une des bretelles de sa robe.

- Accordé.

Elle bougea lentement, traçant un petit arc de cercle de manière à être positionnée entre les gardes et Maek. Celui-ci leur fit un petit geste pour qu’ils s’éclipsent et les laissent seuls. Ils furent tous deux dos à elle en un rien de temps, temps qu’elle mit à profit pour s’emparer de la lame passée dans le ceinturon du premier après avoir fait deux bonds fulgurants dans leur direction. Sans attendre, la dague vint glisser subtilement sur la gorge du deuxième avant de terminer sa route dans le torse de son propriétaire qui glissa à terre, aux côtés de son comparse se vidant progressivement du fluide vital. Elle récupéra l’arme et se tourna vers Maek qui n’avait pas bougé d’un pouce, ses lèvres entrouvertes sous l’effet de la surprise. La princesse se dirigea prestement vers lui tandis qu’il tentait de reculer et buttait contre la fenêtre. Elle n’appuya pas la lame sur la gorge, pas assez idiote pour lui mettre de l’empoisonner par contact, et se contenta de le jauger de ses prunelles dénuées de toute émotion.

- Vous êtes vraiment pitoyable, murmura-t-elle en le dévisageant comme si elle le voyait pour la première fois.
- Tu…
- Fermez la, claqua la jeune femme d’une voix claire et glaciale. Non, j’ai une meilleure idée, mourez en silence, beaucoup de monde vous en sera reconnaissant.

Sans aucune autre forme de procès, Alpha fit glisser le tranchant affuté de l’arme sur la gorge du souverain déchu et exerça une légère pression, suivit d’un mouvement leste et rapide, avant de la lâcher, ne prenant pas le risque de finir sa vie dans les oubliettes de ce palais, produisant un tintement métallique. Il termina à genou, s’écroulant ensuite sur le sol, une flaque de sang d’un rouge sombre entourant progressivement son corps.
Par tous les dieux, pourquoi n’avait-elle pas agi plus tôt ? Deux mois et huit jours, c’était tellement… un frisson désagréable la glaça au plus profond d’elle-même tandis qu’elle quittait la pièce, raflant le couteau du second garde – une autre arme serait bien trop bruyante.  Mais une chose était sûre : Maek l’avait grandement sous-estimée. Restait à sortir du palais sans être vue – ou en éliminant ceux qui tenteraient de l’arrêter. Elle ne connaissait pas le moins du monde les corridors du bâtiment et redoutait de tomber sur des gardes – non humains – qui aient pu l’apercevoir dans les geôles, chose qui se déroula précisément au détour d’un couloir : le métamorphe et le démon qui s’occupaient de la surveiller depuis son arrivée. Elle aurait dû se changer ou virer ses fringues trop voyantes, quoi que cela aurait parut encore plus suspect. La princesse ne tenta pas de s’expliquer, leurs visages étaient loin de demander des réponses à sa présence en ces lieux, et fonça sur le démon qu’elle percuta de l’épaule en tentant de ne pas s’entraver dans les dentelles de sa robe. Elle roula sur le sol avec lui, priant pour qu’il n’utilise pas son pouvoir, et réussit tant bien que mal à laisser son arme plantée au niveau de son cœur, espérant cette fois-ci que cela le retiendrait suffisamment longtemps. Alpha se releva en se tenant à un mur, près d’un lampadaire sombre qui éclairait la scène, mais elle n’avait pas prévu une chose : un loup fonçant sur elle et la faisant lourdement chuter, envoyant une douleur fulgurante depuis son épaule jusque dans le moindre nerf de son organisme. L’animal fit deux bonds en arrière pour mieux l’attaquer, cependant la jeune femme empoigna le lampadaire comme une arme et l’abattit dès qu’il revint à l’assaut, lui valant un grognement. Sauf qu’elle savait être incapable de tenir face à lui, et si le démon venait l’appuyer, c’en était finit d’elle. La princesse lança le luminaire devenu inutile sur le loup et prit ses jambes à son cou. Au bout de trente mètres, elle tourna brusquement dans un couloir, entendant le métamorphe déraper derrière elle, et vit apparaître une porte au loin, son issue de secours. Alors qu’il ne lui restait plus que cinq pas, une douleur cuisante se dégagea du bas de son dos, lui soutirant un cri de souffrance pur. Elle trébucha, se rattrapa in extremis à la poignée de porte qui s’ouvrit comme par miracle et referma derrière elle, bloquant l’accès au loup qui gratta contre la porte et se mit à hurler à la lune. Alpha n’avait pas le temps de s’apitoyer et encore moins celui de se reposer, elle reprit sa course, sentant sans mal le liquide poisseux qui coulait dans son dos pour venir laisser des tâches sombres sur le sol.


Dernière édition par Alpha F. Hurricane le Dim 3 Nov - 16:39, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-ethernity.forumactif.org/
Alpha F. Hurricane Féminin Messages : 209
Date de naissance : 15/09/1994
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 23

Refugee Card
Nom: Alpha Fhury Hurricane
Race: Humaine
Pouvoir: Son humanité
avatar
Alpha
MessageSujet: Re: Alpha F. Hurricane ~ Humaine Dim 29 Sep - 21:35




IV/ La fin d’une vie, le début d’une autre

Sortir du royaume n’aurait pas dû être trop compliqué en soit, ce fut surtout d’être vivante à l’arrivée qui était un exploit pour Alpha. Elle avait réussi à s’éclipser du palais sans aucun autre incident, troquant sa robe salie et déchirée contre des vêtements trouvés dans la buanderie. Sa blessure était profonde et elle ne sentait quasiment plus son épaule alors qu’elle errait entre les habitations de la ville. Une humaine d’une trentaine d’années l’avait trouvée assise, à proférer des insultes contre ce fichu loup qui ne l’avait pas ratée, contre Maek qu’elle aimerait tuer encore des dizaines de fois, et contre son père qu’elle voulait revoir pour le plaisir de lui montrer qu’elle avait réussi, seule, à s’échapper. Sauf que son esprit commençait sérieusement à délirer, la fièvre la gagnant à cause de la plaie ouverte qui s’infectait progressivement. Elle resta alitée durant une semaine, la femme lui procurant des onguents apaisantes pour l’épaule et cicatrisantes pour la blessure, lui évitant une mort certaine. Cependant elle savait que la demoiselle ne pouvait pas rester, elle avait vu les patrouilles qui bouclaient la ville et recherchaient un individu correspondant au signalement de la blessée. Deux jours plus tard, Alpha finit par s’éveiller complètement, son épaule était en bonne voie de guérison tandis que la griffure restait à vif, mais il lui fallait impérativement rejoindre son père, et ce dans les plus bref délais. La femme, du nom de Noal, réussit à lui procurer dans la journée un billet pour l’un des transports qui n’était pas encore surveillé par les hommes du roi et en avait pris un pour elle, histoire de ne pas éveiller les soupçons potentiels sur une jeune femme voyageant seule. Le lendemain, elles arrivèrent au cœur du territoire de l’Empeureur Hurricane et Alpha guida sa sauveuse jusqu’au palais tandis que Noal se demandait qui pouvait bien être la belle inconnue qu’elle avait extirpée des griffes de la mort. Sur place, la princesse fut immédiatement introduite auprès d’un Elu ayant le don de guérison et entraina à sa suite l’étrangère pour ne pas la laisser seule. Le constat fut sans appel une fois les soins administrés et la demoiselle requinquée, trois longues cicatrices couvriraient son épiderme, courant du haut de ses fesses jusqu’au bas de sa poitrine en passant légèrement sur le flanc droit, la plus longue étant celle du milieu. Elle se retrouva enfin devant son géniteur, Noal debout à ses côtés, du personnel de l’Armée et autres soldats évoluant autour d’eux dans la salle du Conseil. Chose incroyable, son père lui offrit pour la première fois une étreinte, la serrant contre son cœur. Le geste ébranla Alpha, incapable d’émettre la moindre parole ou de faire un seul geste.

- Alpha, tu es enfin de retour. Pardonne-moi de ne pas être intervenu, mais j’avais besoin que les autres, nos hommes, l’Armée entière, te voient tel que je te vois moi. Indomptable et apte à les commander quand l’heure viendra.

Il s’était ensuite tourné vers Noal pour la remercier comme il se devait, lui certifiant qu’elle pourrait rester dans le palais et avoir ce qui lui plairait pour avoir sauvé sa fille. La femme l’avait remercié et accepté d’être hébergée en ville, rien de plus, rien de moins. Bien sûr, la jeune Hurricane n’en avait pas oublié sa rancœur, son père l’avait abandonnée dans une cage pendant plus de deux mois, laissée quasiment pour morte, et tout ça dans l’optique de la rendre… plus forte aux yeux de l’Armée.

Un mois plus tard, le successeur de Maek Yzalia abdiqua en faveur d’Eliott Hurricane et lui apporta terres et richesses, déplorant ce qui avait pu se dérouler par le passé et implorant le pardon de l’Empereur qui l’accorda à tous ceux n’étant pas en poste au moment des faits – c’est-à-dire peu de personnes. Alpha, elle, laissa couler les explications de son père et préféra garder pour elle ses ressentis.

Quelques mois passèrent pour arriver à l’aube de ses dix-neuf ans, elle fut intégrée aux forces de l’Armée et débuta son entrainement à leurs côtés sous sa propre demande pour pouvoir se perfectionner. Et malgré son statut d’humaine, tous la respectaient, non pas comme la fille d’Eliott Hurricane, mais comme Alpha, la jeune femme capable de s’échapper d’une cage et de tuer ses geôliers sans une once de pitié. Elle devait avouer que le petit stratagème de son paternel avait fonctionné. Mais à quel prix ? Elle avait perdu une partie d’elle dans cette cellule et serait à jamais incapable de la récupérer : être forte, oui, évidemment, en public, partout, mais elle avait beau être ainsi, elle n’en était pas moins humaine… désormais, les cauchemars envahissaient ses nuits, la réveillaient couverte de sueur et en proie à des crises de panique, au bord des larmes, prête à hurler sa détresse. Cependant, tout cela devait rester un secret et personne ne devait le découvrir.

Après sept mois au sein de l’Armée, Alpha fut prise d’une curiosité intense à l’encontre d’Ethernity. Elle voulait voir cette église dont son père lui parlait sans cesse depuis toujours. Elle n’était jamais allée dans la ville qui s’étendait non loin du lieu saint et avait encore moins pénétré plus avant dans le territoire désertique qui l’entourait. Elle avait beau avoir vu quelques photos, s’être entrainée d’arrache-pied au sein de l’Armée, la demoiselle ne l’avait jamais approchée en personne. Mais sa décision était prise, elle désirait ardemment s’y rendre : la princesse voulait prouver à tous qu’elle était toujours apte à faire ce que bon lui semblait, même après sa détention – et surtout se le prouver à elle-même.
Elle considère depuis lors cette initiative personnelle comme l’une des plus importantes de sa vie. Car ce fut lors de ce voyage qu’elle rencontra Victorence.

Elle était partie un matin, alors que l’aube ne faisait qu’approcher, indiquant à son père qu’elle allait faire une mission de reconnaissance et qu’elle ne voulait pas être accompagnée. Eliott la laissa faire, lui certifiant que si elle ne revenait pas sous trois jours, il enverrait une escouade la récupérer – ça le changerait, tiens ! : le désert qui entourait Ethernity était plein de dangers, surtout pour une humaine.
Elle s’équipa comme il se devait, garnissant un sac de victuailles et de plusieurs gourdes d’eau après avoir enfilé chemise, pantalon, bottes, blouson, foulard et gants ainsi qu’une paire de lunette de soleil pour éviter d’avoir un accident stupide au cours de son périple. Elle agrémenta le tout de quelques armes pour sa protection personnelle. Alpha quitta le palais et se dirigea directement vers le lieu dans lequel étaient entreposés divers moyens de transports appartenant aux Hurricane. Son choix se porta sur l’une des motos qu’elle enfourcha prestement, mettant le contact, elle se laissa emporter par la vitesse de l’engin à deux roues.

Plusieurs heures plus tard, alors que le soleil était près de son zénith, Alpha laissa son véhicule aux abords de la dernière ville avant d’atteindre Ethernity, près d’une baraque abandonnée, sans pour autant y entrer. Elle ne voulait pas prendre le risque d’être reconnue ou d’attirer l’attention. Une fois la moto camouflée comme elle le pouvait, la demoiselle prit le chemin du désert sans une once d’hésitation, parée à toute éventualité – du moins était-ce ce qu’elle pensait. Le désert était un terrain accidenté et aride dans lequel aucune végétation ne daignait pousser. Des roches s’élevaient par endroits, prodiguant une ombre restreinte sous le soleil de plomb qui répandait une chaleur étouffante sur la région. Alpha fit une pause en s’appuyant à l’un d’eux deux heures plus tard, glissant progressivement en tailleur sur le sol rocailleux, son regard porté vers l’avant, examinant la silhouette sombre qui s’élevait au loin : Ethernity. Elle resta plusieurs longues minutes à l’observer avant de jeter un coup d’œil en arrière, prenant conscience qu’elle était parallèle à l’oasis présente à plusieurs centaines de pas sur sa gauche. Elle fit passer le sac qu’elle portait sur le dos devant elle et entreprit de boire une longue gorgée de boisson fraiche, apaisant quelque peu la chaleur qu’elle ressentait, avant de rétablir le foulard blanc sur le bas de son visage. Le roc contre lequel elle s’appuyait – et qui lui prodiguait une ombre aussi grande et large que trois hommes –  lui bloquait la vue vers la droite. Sans vraiment savoir pour quelle raison, la princesse se rétablit prestement sur ses pieds, resserrant la queue de cheval qui relevait sa longue chevelure sur le haut de son crane, et fit le tour du rocher.

Ses prunelles turquoise s’arrêtèrent sur quelqu’un. Oui, quelqu’un. Et l’individu en question ne semblait pas des plus frais. Du moins avait-il l’air perdu. Ne le voyant que de dos, elle ne put prendre acte que de sa chevelure de jais et de son allure, cependant elle n’hésita pas une seconde à aller vers lui. Alpha évita de sortir une arme, c’aurait été idiot que l’inconnu se sente agressé et lui saute à la gorge n’est ce pas ? Encore devrait-il en avoir la force, pensa-t-elle en le contournant à demi pour ne pas arriver derrière lui par surprise et montrer qu’elle n’avait pas de mauvaises intentions – pas pour le moment. Elle s’approcha doucement, son regard fixé sur son visage. Ce fut à cet instant qu’elle comprit à quel genre de personne elle avait affaire : un vampire. Son pas ralentit mais elle poursuivit quand même son avancée. Il n’était pas dans son élément naturel ici et… elle avait l’intime conviction qu’il ne lui ferait rien. La princesse retira ses lunettes pour les placer dans une poche… et termina le chemin en courant alors que le vampire s’écroulait sous ses yeux. Elle eut juste le temps de l’accompagner au sol, une main posée sur l’arrière de sa tête. Alpha abaissa son foulard, ses sourcils se fronçant alors que le type vrillait ses prunelles aux siennes.

- Mais ça ne va pas, non ?!, claqua-t-elle en changeant de position de manière à ce que la tête du vampire vienne reposer sur ses cuisses pour lui laisser les mains libres. Qu’est ce qu’un vampire fout au milieu d’un désert ? On aura tout vu !
- Dégage d'ici.

Elle ne daigna même pas répondre, un simple « tss » lui échappa. La demoiselle attrapa son sac à dos et en retira une gourde d’eau devant l’état affaiblit du – beau – brun. Elle porta le goulot à ses lèvres, l’une de ses mains posée sur sa joue, l’autre tenant le flacon pour qu’il puisse s’abreuver.

- Idiot, bois ça. Ce n’est sans doute pas ta boisson préférée, mais ça te fera du bien.

Il obéit bien malgré lui face à la ténacité de la demoiselle qui le surplombait. Alpha finit par ranger l’eau et poussa un soupir.

- Bien. On ne va pas rester au soleil, les vampires n’y crament peut-être pas, mais vous y êtes sensibles, ce serait ballot que tu finisses par ressembler à une écrevisse géante.

Elle se décala pour l’aider à se redresser en position assise, l’un de ses bras passé autour de ses épaules, l’autre attrapant son poignet. En quelques secondes il fut debout à ses côtés, un peu pantelant et exténué, mais bel et bien en vie. La jeune femme lui indiqua le rocher et l’ombre qui ne pourrait lui faire que du bien. Ils y allèrent clopin-clopant, Alpha aidant du mieux qu’elle le pouvait le vampire.

Pourquoi faisait-elle ça, au juste ? Son but premier était d’observer Ethernity, non pas de venir au secours d’un vampire assez taré pour se balader en plein cagnard. Elle lui jeta un coup d’œil tandis qu’ils atteignaient le roc et son ombre quelque peu rafraichissante. C’était étrange, elle avait l’impression de devoir faire exactement ceci, de l’aider à s’en sortir. Elle ne le connaissait ni d’Eve ni d’Adam mais son instinct lui dictait qu’elle se devait de le secourir. Et qu’elle pouvait lui faire confiance. L’idée même la fit rire intérieurement. Ca n’était pas comme si elle était une métamorphe et pouvait se fier à son sixième sens. Mais elle le fit tout de même.  

Alpha l’aida à s’installer à l’endroit exact où elle était assise quelques minutes plus tôt et resta debout, à le toiser de toute sa hauteur. Etait-il ici pour rejoindre Ethernity ? Non, elle ne le pensait pas. Si ça avait été le cas il serait passé davantage sur la gauche pour atteindre l’oasis et faire une pause. Et il aurait fait le voyage de nuit, voire en navette. Pas à pied lorsque le soleil était aussi brûlant.

- Quelle genre de pensées stupide t’as fait venir ici ? Il faut être complètement inconscient pour faire une chose pareille…
- Et tu crois que je vais te le dire ? , gronda-t-il entre ses dents.
- Bien évidemment, lâcha Alpha en esquissant un sourire amer. Je me demande pourquoi je ne t’ai pas laissé cramer dans un coin. Une bestiole un peu plus courageuse que les autres serait surement venue finir le boulot rapidement en plus, gain de temps assuré !

Elle se pencha vers lui, mains sur les hanches, oubliant durant une seconde qu’elle avait un vampire face à elle.

- J’espère que tu as une bonne raison pour vouloir te suicider, car ça ne peut pas être autre chose. Si c’est le cas, je me chargerai de te tuer personnellement, ça te va ?

L’humaine se redressa sans le lâcher du regard. Il parut réfléchir durant un instant, surement à se demander si elle disait la vérité ou non. Surement la vue de ses armes le certifia quant à sa bonne parole et le poussa à lui répondre.

- A quoi bon vivre lorsqu'on a plus aucune raison pour le faire ? Perdre tout ce qui nous est cher. Voir les autres mourir autour de nous alors qu'on est immortel, condamné à errer pour l'éternité. Tu penses que c'est une vie, ça, petite ?

Alpha l’écouta sans sourciller, touchée plus qu’elle n’aurait dû l’être par son histoire personnelle et la façon dont il avait d’en parler. Elle arrivait à appréhender la douleur qui l’animait et ce besoin qu’il avait de mourir maintenant qu’il avait tout perdu. Sauf que cette idée l’insupportait, que le simple fait de vouloir abandonner lui paraissait lâche. Et qu’elle détestait la lâcheté. Elle avait pris sa décision.

- Comment t’appelles-tu ?, demanda la princesse d’un ton neutre.
- Alek, répondit le vampire avec un petit sourire.
- Enchantée, Alek. Je m’appelle Alpha Hurricane. J’imagine que tu me connais, ou du moins mon père. (Elle fit un petit geste de la main comme pour écarter ses propos) Cependant, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi. Tu vas vivre. Je te le promets sur ma propre existence. Ta raison n’est pas valable de mon point de vue et je ne te laisserai pas pourrir dans un désert. Je ne cautionne pas ce qui me semble être de la lâcheté.
- Et il fallait que je tombe sur ton jour de bonté... Ai-je vraiment le choix ?
- Non. Pas vraiment.
- Bien. Peut-être dois-je prendre ça comme une sorte de signe ? Il grimaça.

Elle s’agenouilla à ses côtés, retirant ses gants et les plaçant dans son manteau avant de lui lancer un fin sourire.

- Je sais que dans ton état tu serais incapable de marcher vingt mètres, alors ceci va te remettre d’aplomb.

Sans une hésitation, elle attrapa l’un des couteaux à sa cuisse et entailla légèrement son poignet, juste de quoi attirer l’attention du vampire pour le rendre incapable de résister à l’appel du sang. Les premières gouttes carmin perlèrent à la surface de la peau, certaines glissant jusqu’au sol, avant qu’elle ne l’approche des lèvres d'Alek.

Elle se demandait encore quelle mouche l’avait piquée ce jour là pour qu’elle ose une chose pareille. L’avait-elle fait simplement pour contrarier le vampire et l’empêcher de choisir la voie qu’il avait décidée de suivre ou voulait-elle réellement l’aider ? Alpha n’avait jamais su quoi répondre à cette interrogation, elle était simplement certaine que si elle n’avait pas agi ainsi, son monde aurait sans aucun doute fini par s’effondrer très rapidement – bien plus rapidement qu’actuellement.

Il attrapa son poignet et vint récolter le nectar rougeâtre, ses lèvres se déposant sur sa peau. La morsure fit fermer les yeux à Alpha, ses sourcils légèrement froncés face à la douleur et à la sensation d’aspiration exercée par le vampire. Elle finit par les ouvrir de nouveau, se rendant compte de la fascination qu’exerçait Alek en se nourrissant de son sang. La demoiselle secoua la tête, se demandant si ses pensées étaient dues à la morsure ou à l’aura du vampire.
En quelques minutes il fut suffisamment abreuvé pour lui rendre son poignet, léchant la plaie avant de lâcher Alpha. Elle enfila de nouveau ses gants après avoir passé un bandage autour de la morsure pour la faire passer inaperçue. La princesse aida le vampire à se remettre sur pied.

- Tu vas venir avec moi, je compte bien te garder à l’œil.
- Evidemment... On verra si tu arrives à me convaincre de rester en vie, ma petite.
- Je ne suis pas petite.

Alpha fit un sourire à son comparse avant de récupérer son sac et de lui intimer de la suivre. Plusieurs heures plus tard et après avoir récupéré la moto, l’humaine et le vampire gagnèrent le palais durant la nuit. L’endroit était silencieux, cependant la jeune femme savait qu’elle devait amener Alek devant son père au risque qu’il ne le découvre et ne le considère comme un espion.
Ils le trouvèrent dans son bureau, penché sur divers documents et dossiers. Alpha ne le laissa pas parler et lui expliqua toute l’histoire – en omettant la partie où elle avait permis au vampire de boire son sang. Eliott examina attentivement Alek, le jaugeant sans aucune pitié. Il avait compris que sa fille voulait qu’il reste à ses côtés, au moins dans le palais, et il allait donc en profiter. L’Empereur Hurricane proposa à Alek de devenir le protecteur de la princesse et par conséquent d’intégrer l’Armée. Et le vampire accepta.

Dès cet instant, Alpha et Alek eurent pour habitude d’être toujours l’un avec l’autre, se taquinant, se lançant des piques et apprenant à s’apprécier, se prenant d’affection l’un pour l’autre. La jeune femme en vint même à faire une proposition au vampire : devenir celle qui le nourrirait s’il en avait besoin. Elle savait qu’il buvait rarement à la veine d’un humain et l’idée lui paraissait tout à fait appropriée pour l’empêcher de s’affaiblir. Elle comptait bien le garder en vie ! Proposition à laquelle Alek consentit.      

Trois mois s’écoulèrent avant que son père ne mette totalement à exécution le plan qui s’était épanouit dans sa psyché depuis près de quatre ans : il voulait envoyer Alpha à Ethernity en tant qu’espionne en chef, elle seule pourrait ramener la source de pouvoir sans vouloir ensuite prendre son envol en s’en emparant. Elle commanderait les forces sur place – qui étaient privées de contact avec l’extérieur, sauf cas rares. Il ne pouvait faire confiance qu’à une unique personne : elle. L’idée plu immédiatement à la princesse, elle accepta, plongée dans le cœur de l’Armée depuis un an, elle ne pouvait se résigner à décliner une telle proposition. De plus, s’éloigner un peu de son royaume ne pourrait lui faire que du bien, restait à espérer que ses petits secrets resteraient cachés encore longtemps, même au sein de l’église. Et ce qui lui plaisait particulièrement était le fait qu'Alek l’accompagne. Il avait fini par prendre une place importante dans sa vie, une sorte de protecteur qu’elle avait accepté à ses côtés et surtout qui avait su briser la carapace qu’elle s’était forgée autour d’elle pour voir son véritable visage. Il avait débarqué une nuit, dans sa chambre, alors qu’elle venait de se réveiller après avoir fait un cauchemar horrifiant dans lequel elle revivait les sévisses du passé. Alek était venu jusqu’à elle en ressentant au plus profond de lui-même les émotions de la princesse ; leur lien s’était forgé depuis qu’elle lui faisait boire son sang. Il avait tenté de la rassurer sans même lui poser une seule question et sa seule présence l’avait immanquablement apaisée. Et contre toute attente, Alpha lui avait raconté les tortures subies sans rien lui cacher, lui révélant exactement ce qu’il était advenu d’elle pendant deux mois. Bien sûr, l’Armée savait qu’elle avait été emprisonnée, mais personne ne connaissait réellement la teneur des supplices qu’elle avait endurés. Personne, sauf Alek. Dès lors, ils étaient devenus encore plus inséparables qu’ils ne l’étaient avant. Cependant la jeune femme n’avouera jamais qu’elle se sent en sécurité et parfaitement sereine auprès de lui – bien qu’elle le lui fasse comprendre grâce à des taquineries de son cru et à des sourires spécialement réservés à l’attention du vampire.

Cependant, pour pouvoir entrer en tant qu’espionne à Ethernity, elle ne pouvait pas se présenter sous le patronyme « Alpha Hurricane », et ne surtout pas garder la crinière qui la caractérisait si bien. Ce fut ainsi qu’elle coupa sa longue chevelure neigeuse aux reflets d’or, ne laissant que deux longues mèches sur les côtés, et adopta le nom de famille Fhury. Elle concocta – à l’aide de son père, de quelques lieutenants de l’Armée et d'Alek – une histoire qui tiendrait la route et qu’ils pourraient servir sur un plateau à leur arrivée pour ne pas soulever trop de questions. Pour ce qui serait de l’absence de la princesse, le peuple croirait à un voyage à travers les différentes cités appartenant à l’Empereur.

La voilà devenue Alpha – elle tient bien trop à ce prénom et trouvera sans doute de quoi broder pour expliquer pourquoi elle s’appelle ainsi – Fhury, jeune femme dont les parents sont morts, tués par des membres de l’Armée faisant une descente dans un village du pays voisin – celui où elle avait été retenue captive. Alek, le vampire l’accompagnant, l’avait sauvée in extremis avant que les membres de l’organisation s’en prennent à elle et il s’était pris d’affection pour la demoiselle. Dès lors elle n’avait d’autre solution que de rejoindre l’église pour y espérer une nouvelle vie, Alek ayant décidé de la suivre. Le plan semblait parfait.

C’est aux portes d’Ethernity que nous la retrouvons aux côtés du vampire, bien décidée à en dénicher la source de pouvoir et à la rafler pour son royaume – et pour sa puissance personnelle dans le but de cesser de craindre que son humanité ne la mène à sa perte. Mais espérant secrètement que ses cauchemars cessent dans un tel lieu, et ce sans que quiconque ne finisse par découvrir sa véritable faiblesse, celle d’être une simple humaine.


Derrière l'écran




Prénom : Sacha ~
Où avez vous connu le forum ? Je crois bien avoir aidé le patron à le mettre sur pied avec l’aide de mes chères collègues administratrices ! \o/
Qu'en pensez-vous ? Qu’il est juste génial et parfait.
Votre niveau de RP : Hm… Je dirais bon.

Code du règlement : Validé by moi-même, humaine powa (Oui je l’ai lu, bande de fourbes !)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-ethernity.forumactif.org/

Alpha F. Hurricane ~ Humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» teigne humaine
» Le summum de la bêtise humaine, ou les dêgats d'un dessin animé
» l'erreur est humaine
» [PNJ] ALPHA BLUE
» [TV] Brionvega Alpha by V12Design

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ethernity :: Le seuil d'Ethernity :: Le Registre :: Présentations validées-