AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[U.C] Ulain — L'ange sans voix.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ulain S. Camber Masculin Messages : 3
Date de naissance : 01/04/1999
Date d'inscription : 28/06/2016
Age : 18
avatar
MessageSujet: [U.C] Ulain — L'ange sans voix. Mar 28 Juin - 11:32



Ulain Saym Camber.

Origines.


Il s’agit d’un ange comme un autre, d’une centaine d’années sans qu’on ait un jour connu son âge exact, panromantique de nature. Ethernity l’a attiré de par ses légendes ; l’existence d’une source infinie de pouvoir profondément enfouie lui a soufflé qu’une chance de fuir sa malediction subsiste, mais en aucun cas il ne cherche à enfoncer la barrière. Il reste ainsi neutre vis-à-vis des conflits entre l’église et l’armée, vagabondant dans le semblant de paix que ces lieux semblent offrir.

Hélas, son don le ramène parfois à des évènements du passé, perturbant alors toute la routine d’une sérénité éparpillée. Au gré de ses envies, cet ange a la capacité de voir autour de lui des illusions de la vie dure ou douce d’un quelconque lieu auparavant: les personnes qui peuplaient autrefois ces rues, les guerres ayant ravagé ces lieux, les dunes qui s’imposaient là où, aujourd’hui, trône un immense bâtiment. Maintenir ces visions est, en soi, simple, sans compter qu'il a la possibilité de choisir une date précise. Cependant, remonter de plus en plus loin l’épuise, or il s’agit des épisodes les plus marquants. Et au bout d’une vingtaine d’année, l’ange est agenouillé, essoufflé. Partager ces images par le biais d’un contact physique reste possible et d’autant plus fatiguant. Les peuples qu'il avait rencontrés le surnommait l’Ange sans voix des Reliques du passé [...] et on venait souvent le consulter pour apaiser des regrets.

Coucou c'est moi.


Pseudo — Doudouille, parfois Deydey et (très) anciennement Kriz.
Comment as-tu connu le forum ? — Je… n’en ai aucune idée. Ça fait longtemps que j’y suis et je l’aime toujours beaucoup. (Bon, ok, excessivement.)
Entre 1 et 5, où se trouve ton niveau rp ? — … Bonne question.
Pourquoi faire un questionnaire ? — Je ne sais pas. … Je crois qu’entre avoir l’air stupide en se posant des questions pour y répondre et monologuer, je préfère avoir l’air stupide. *Sort.*
Bon, d’accord, et la bouille de ton personnage ? — Il y en a deux. Hoshizuki Kotarou de Starry Sky et Enkidu de Fate/Strange Fake.
Le code du règlement, par respect. — Je ne peux rien dire sur mon sommeil : chaque fois que je m’apprête à l’observer, je m’endors. (:B)






Physique



Harum trium sententiarum nulli prorsus assentior. Nec enim illa prima vera est, ut, quem ad modum in se quisque sit, sic in amicum sit animatus. Quam multa enim, quae nostra causa numquam faceremus, facimus causa amicorum! precari ab indigno, supplicare, tum acerbius in aliquem invehi insectarique vehementius, quae in nostris rebus non satis honeste, in amicorum fiunt honestissime; multaeque res sunt in quibus de suis commodis viri boni multa detrahunt detrahique patiuntur, ut iis amici potius quam ipsi fruantur.







Caractère.


Jusqu’à l’horizon, la vue n’était qu’une succession de terres embrasées sur lesquelles gisaient corps et armes de guerres. Depuis les nuages de cendre qui en faisaient le toit, il ne coulait que quelques rayons téméraires ; rayons qui, de leur pâle lumière, apportaient une once de vie à ce paysage meurtri. Ils partaient écraser le sol et encourager quelques pousses à survivre, bien que sur un bout de terrain, il n’en résultât que leur réflexion sur un liquide écarlate.

Un seul et unique mouvement déstabilisait cette image : les pétales blanches d’une fleur […] agitée par un vent glacial dont le souffle racontait à lui seul toute cette tragédie.

Une rose à même le sol, sur le point de flétrir.

Un seul et unique bruit déchirait cette atmosphère sombre : une harpe exprimant son désarroi par le biais d’une triste mélodie, loin, sur une colline épargnée qui dominait sur cet affreux spectacle.

Un ange abattu devant les cadavres de ses amis.

Avec sa musique virevoltaient les souvenirs de ces vaillants guerriers. L’ange se remémorait leurs rires et leurs regards plein d’émerveillements qui, à une certaine époque, faisaient sa force et son courage, ses seuls points d’accroche, son moindre enthousiasme. Il se voyait tout sourire, accueillant chaque personne dans ses bras protecteurs où tous pouvaient se reposer. Ce fut un temps de paix, d’harmonie avec soi-même, car il tenait un but, une cause à protéger.

Il revoyait l’ange immature qu’il était, quand il observait depuis le ciel cette race si vivante, si active que l’Homme, ainsi que les émotions et les sentiments auxquels il avait goûtés en foulant ces terres. Il se souvint alors du grand régale de l’amour, du bien fou de la joie que son cœur s’amusait à effleurer, puis de la douce consolation qu’un proche pouvait apporter dans les moments les plus sombres d’une âme en croissance.

C’était ce temps où il avait cette sensation du vécu, la certitude de sentir ses lèvres s’étirer en délectant un vent d’été. Sa peau lui rappelait encore les frissons d’un souffle d’automne, lorsque ses prunelles se posaient sur les feuilles rouges de cette saison, trahissant l’envie de les conserver contre le temps. Et il criait son bien-être, courait dans l’ombre des arbres à la recherche du soleil, jusqu’à débouler sur une plaine verte et fleurie en se tordant de rire. Ou alors, il se jetait dans la neige, hurlant de bon cœur son amusement, les joues rougies par le froid mordant de l’hiver.

Il avait appris à apprécier chaque moment, que ce fût de la plus grande des déceptions à la plus splendide des surprises. Il avait appris à mieux connaître la face sombre de la vie afin d’en faire une amie, un pilier pour les beaux jours.

Hélas ! Aussi vite que le village fut détruit, tous ces moments s’exhalèrent avec la fumée noire des décombres. Il n’en resta que les supplications des innocents geignant, ce qui, dès lors, résonnait cruellement dans ses cauchemars, tandis que leurs corps calcinés épousaient le sol de leur patrie.

On avait insufflé à son cœur la haine sans réconfort, la solitude sans arrivée. Son âme enfantine s’était aussitôt renfermée, abandonnant ses sourires, ses rires, ses regards sur la vie. Et, lorsque l’acharnement ne suffisait plus, naquit l’errance, voire la remise en question.

Lui qui, autrefois, savourait les tièdes couleurs de la flore, se contentait désormais de les fixer vaguement, se demandant si, elles aussi, possédaient une âme et parlaient de temps en temps à ce vide profond de l’égarement. Il frôlait leurs pétales en quête du plaisir du contact d’une vie, mais il ne ressentait rien, ni-même véritablement la tendresse de leurs fibres.

Il conserva précieusement l’image de ces visages tordus de douleur pour en faire une force nouvelle et un hommage. Son esprit appartenait encore à ce monde dévasté ; celui qui l’entourait réellement, en dehors des horribles illusions du passé - soit une belle forêt dense et illuminée - le voyait sans le connaître. L’ange ne combattait plus avec la pureté de ses origines, mais avec des rêves souillés de sang et de décès.

Il dissimulait sa peine au sein des douces notes de son instrument fétiche. Une imprécation encageait son chagrin dans un douloureux mutisme […] comme cette rose blanche au milieu du champ de bataille, sur le point de mourir.




Histoire


Harum trium sententiarum nulli prorsus assentior. Nec enim illa prima vera est, ut, quem ad modum in se quisque sit, sic in amicum sit animatus. Quam multa enim, quae nostra causa numquam faceremus, facimus causa amicorum! precari ab indigno, supplicare, tum acerbius in aliquem invehi insectarique vehementius, quae in nostris rebus non satis honeste, in amicorum fiunt honestissime; multaeque res sunt in quibus de suis commodis viri boni multa detrahunt detrahique patiuntur, ut iis amici potius quam ipsi fruantur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[U.C] Ulain — L'ange sans voix.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Coq malade sans voix
» Je suis sans voix ...
» Je suis sans voix là....
» bébé calo sans voix
» un canari sans voix ou a peine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ethernity :: Le seuil d'Ethernity :: Le Registre-